le Saumon Bio

saumon-2 SAUMON BIO

Vous avez été sans doute nombreux à regarder le reportage de Thalassa sur
France 3 ce vendredi 25 novembre, concernant le saumon bio.

Ce reportage étant partial et sans doute le fait d’une action de lobbying
des acteurs norvégiens (interdits de bio depuis un an suite à la
constatation de taux importants d’antibiotiques et produits chimiques dans
le produit final), je tiens à vous apporter quelques précisions pour votre
parfaite information.

Tout d’abord, ce reportage se focalise sur « la teneur en métaux lourds »
dans la chair des poissons bio par rapport au poisson conventionnel.
Effectivement le cahier des charges « aliment poisson bio » qui privilégie
le recours à la ressource naturelle et durable, impose un pourcentage de
protéines animales de 60% (il ne faut pas oublier que le saumon est un
carnivore strict qui tire son alimentation dans le milieu naturel
essentiellement à base de poisson sauvage qui lui-même est contaminé par
des métaux lourds provenant de la pollution humaine).

Il est d’ailleurs très surprenant qu’aucun Saumon sauvage ne soit analysé
pour comparaison au regard des polluants environnementaux, le saumon
sauvage se nourrissant à 100% de poissons et crevettes marins qui donc
contiennent entre autre des métaux lourds.

En parallèle les éleveurs norvégiens, suite au scandale d’il y a deux ans,
utilisent un aliment composé essentiellement de protéines végétales
(comportant donc peu de métaux lourds) pour abaisser la teneur en métaux
lourds de leur produit final.

Une petite précision. On parle de taux de métaux lourds. Ces particules se
fixent essentiellement sur les graisses des poissons et les mesures sont
exprimées en nano gramme/100 gr de matière grasse. Or le Saumon Bio étant
beaucoup moins gras que le saumon conventionnel, lorsque vous mangez 100g
de saumon bio, au final vous ingurgitez moins de nano grammes de métaux
lourds qu’en mangeant du conventionnel.

A aucun moment on ne mesure dans cet aliment la présence d’OGM ou pire
encore sur la partie animale, de farine de viande ou de sang interdite en
bio bien sûr.

Et que dire de la présence d’Etoxiquine dans plusieurs échantillons…Il est
dit dans ce reportage, du bout des lèvres, que seul les saumon bio n’en
contiennent pas !! Et je peux vous confirmer que ce produit est très
toxique, même si les intervenants déclarent ne pas savoir les conséquences
d’absorption de ce produit.



En conclusion, étant donné qu’il est très peu évoqué et seulement du bout
des lèvres l’utilisation intensive de produits chimiques et l’usage
inconsidéré d’antibiotiques dans les élevages intensifs conventionnels (je
vous rappelle qu’en bio, seuls 2 traitements antibiotiques sont autorisés
sur ordonnance sur toute la durée du cycle d’élevage du poisson et dans des
conditions très strictes d’utilisation (délai de rémanence, ordonnance
vétérinaire…)), ce reportage n’a montré que la faiblesse du cahier des
charges bio qui est le respect de la logique naturelle dans l’alimentation
du saumon.

Aujourd’hui en pleine connaissance de cause, vous avez le choix entre un
poisson contenant un peu plus de métaux lourds (toutefois bien en dessous
du seuil de toxicité prévu par l’AFSA) ou entre un cocktail de métaux
lourds, d’antibiotiques, produits chimiques et OGM offert par le saumon
conventionnel. Et que dire de l’aspect gustatif… La comparaison n’a bien
sûr pas été faite dans le reportage..

Le bio n’est pas un produit parfait. De par l’action de l’homme sur la
terre depuis des années, un produit parfait ne pourrait naitre que sur une
autre planète saine de toute intervention humaine.

Par contre cela constitue un bon compromis entre le respect de notre
environnement et l’équilibre de la santé des consommateurs au regard des
productions conventionnelles.
saumon
A vous de choisir *en pleine connaissance de cause*.

Ce contenu a été publié dans autres producteurs, Info-actus. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *