Le 3 X 3 engagements

En plus de la charte, voi­ci les autres enga­ge­ments des AMAPs:

1. Engagements généraux:

  1. Vente directe entre une ferme (maraî­chage, éle­vage, etc.) et un groupe de consom­ma­teurs. Pas d’intermédiaire, l’argent ne tran­site pas par la struc­ture asso­cia­tive
  2. Proxi­mi­té : La ferme doit être suf­fi­sam­ment proche pour pou­voir faci­le­ment y pas­ser une jour­née
  3. Convi­via­li­té : Des moyens sont mis en oeuvre pour faci­li­ter les dis­cus­sions entre adhé­rents, et avec l’agriculteur par­te­naire (bul­le­tins de liai­son, visites de ferme et ate­liers péda­go­giques, ate­liers cui­sine, etc.)

2. Engagements de la ferme partenaire:

  1. Qua­li­té et diver­si­té des pro­duits. Pro­duits pro­ve­nant de la ferme, frais, de sai­son, issus d’une agri­cul­ture éco­lo­gique (ou en deve­nir), et si pos­sible de varié­tés anciennes.
  2. Péda­go­gie : Etre pré­sent aux par­tages de pro­duc­tions, faire visi­ter la ferme au moins 1 fois par sai­son d’engagement, orga­ni­ser avec les adhé­rents des ate­liers péda­go­giques, infor­mer régu­liè­re­ment sur l’avancée des cultures, don­ner des recettes de cui­sine, etc.
  3. Trans­pa­rence tech­nique et éco­no­mique. Expli­quer aux adhé­rents ses méthodes de tra­vail et la manière dont le prix de la part de pro­duc­tion a été fixé.

3. Engagements des adhérents:

  1. Pré-finan­ce­ment de la pro­duc­tion: Tous les chèques sont remis au réfé­rent tré­so­re­rie du groupe avant récep­tion des pro­duits. La durée de l’engagement est fonc­tion du cycle de pro­duc­tion concer­né (en géné­ral, 6 mois pour les fruits et légumes, 1 an pour la viande et les pro­duits secs/transformés). Dans l’idéal, le ver­se­ment des chèques cor­res­pond aux sor­ties de tré­so­re­rie de l’agriculteur. Aucun rem­bour­se­ment ou report (notam­ment pen­dant les vacances) n’est effec­tué afin de garan­tir l’écoulement de la pro­duc­tion (aux adhé­rents de s’arranger entre eux).
  2. Soli­da­ri­té dans les aléas natu­rel: Le plan­ning de pro­duc­tion et le prix sont éta­blis conjoin­te­ment par l’agriculteur et le groupe. Ensuite, c’est l’agriculteur qui fixe­ra le conte­nu des parts de pro­duc­tion en fonc­tion de l’avancée des cultures (en bonus ou malus).En cas de situa­tion excep­tion­nelle (catas­trophe cli­ma­tique, etc.), une réunion entre les adhé­rents, l’agriculteur, et des repré­sen­tants du réseau sera orga­ni­sée.
  3. Impli­ca­tion dans la ges­tion du groupe: Chaque adhé­rent assure, à tour de rôle, l’organisation du par­tage de pro­duc­tion. Pour le bon fonc­tion­ne­ment du par­te­na­riat, d’autres rôles per­ma­nents sont à répar­tir par­mi les adhé­rents. Au moins une fois par an, une réunion de bilan est effec­tuée pour défi­nir les amé­lio­ra­tions à appor­ter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *