des nouvelles de Jean-Jacques notre fromager

Le 17 Juin 2011-07-18

Bon­jour à tous

J’espère être dans les foins cette semaine : l’accumulation de sto­ckages de nour­ri­ture pour les ani­maux sera cru­ciale

Il  se dit beau­coup de véri­tés et de contre-véri­tés avec la sèche­resse, mais il est vrai que la matière dis­po­nible c’est la paille car elle est ordi­nai­re­ment “per­due ” enter­rée par les labours, mais atten­tion sa valeur nutri­tive est très faible : elle est plus un lest qu’une matière éner­gé­tique…

En tout cas, chaque année, j’ai l’impression de me répé­ter en disant que nous sommes frap­pés de plein fouet à cause de nos pra­tiques agri­coles qui depuis un demi-siècle, ont fra­gi­li­sé nos sols; ceux-ci ayant per­du une bonne par­tie de leur stock d’humus et donc de leur réserve en eau (l’an pas­sé j’avais esti­mé cette perte “sèche” de la réserve d’eau dans les sols culti­vés en agri­cul­ture inten­sive , à 150 mm de pluie, soit les besoins en  eau de la végé­ta­tion  pen­dant 30 jours consé­cu­tifs de sèche­resse intense

Ici pour le moment les sols et l’herbe résistent… en espé­rant que cela conti­nue, car nous sommes encore tôt en sai­son, nous allons trou­vés cer­tai­ne­ment le temps long avant les tra­di­tion­nelles pluies d’automne !…

J’ai réser­vé 50 tonnes de luzerne et je recherche de la paille (120 tonnes) pour les litières, pour les prix on espère qu’un prix indi­ca­teur déter­mi­né par la chambre d’agriculture met­tra fin aux  rumeurs de spé­cu­la­tions (jusque 60 euros l’andain de paille non pres­sé !…) rai­son­na­ble­ment, l’andain de paille à prendre sur place devait res­ter en deçà de 20 euros/tonne.

J’ai la chance d’avoir déjà trou­vé des céréa­liers qui, par soli­da­ri­té avec un éle­veur, m’ont offert de la paille à 10 euros/tonne l’andain de paille, mer­ci infi­ni­ment à eux !…

Il est à noter que pour la litière on peut faire appel à de la paille non bio, c’est par­fai­te­ment auto­ri­sé.

Ici les prai­ries soient dotées de nom­breuses flores (on appelle cela la bio­di­ver­si­té !…) et qui se com­plètent ; la quan­ti­té de lait mesu­rée, chaque jour, est le meilleur indice de la qua­li­té de la prai­rie pâtu­rée ce même jour !…; ain­si : j’ai, maintes fois, noté que les prai­ries qui résistent le mieux à la sèche­resse esti­vale et qui nour­rissent le mieux les ani­maux, et qui  plaisent le plus à ces mêmes ani­maux,…    sont celles à la flore la plus diversifiée…jusqu’à 50 espèces dif­fé­rentes, … à médi­ter,…

“La bio­di­ver­si­té, vous dis-je !…”

 

Posi­tive pen­sée

J.J.B.

Ce contenu a été publié dans Notre fromager. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *